Perdre du poids après 50 ans, c’est possible!

La rentrée scolaire est derrière nous, l’été touche à sa fin et, nous faisons le bilan de ces derniers mois. Certes nous avons profité de l’été et de ses petits plaisirs comme les glaces, les BBQ et les apéros, certes le confinement a coupé net notre routine sport, mais tout ça n’explique pas ces 3 ou 4 kg qui se sont installés et dont on n’arrive pas à se débarrasser…

Oui, c’est une réalité, perdre du poids à partir de 45/50 ans est plus difficile qu’à 20 ans. A cet âge-là, il suffit souvent de bouger plus et reprendre de bonnes habitudes alimentaires et tout rentre dans l’ordre en quelques semaines. Mais à partir de la pré-ménopause les hormones s’en mêlent et tout devient plus difficile… mais pas impossible!

Voici les erreurs que nous commettons souvent et qui nous empêchent de perdre du poids à partir de 50 ans:

Lire la suite...

La sante de nos enfants en danger…

Il y a deux ans ma vie changeait… et je devenais la «belle-maman» de deux adorables petites filles de 5 et 7 ans… Nutritionniste, j’ai toujours fait (plus ou moins !) attention à ce que je mettais dans mon assiette, mais depuis quelques mois je me sens responsable, non seulement de ma santé, mais aussi de celle de ma petite famille…

J’ai assisté plus d’une fois à cette scène: 16h, sortie de l’école pour le petit Lucas, 6 ans. Sa maman vient le chercher et lui donne son goûter: une boule de Berlin et un grand soda. Lucas, ainsi que sa maman, souffrent clairement d’un surpoids important. Cette scène m’interroge. Un article lu récemment comparait la malnutrition infantile à de la maltraitance par négligence. Ces propos sont durs, mais à mon avis, pas loin de la réalité.

Lire la suite...

C’est déjà la rentrée et ce fameux VIRUS est encore parmi nous, et pour un bon moment encore malheureusement!

Les autorités des pays européens nous recommandent (ou nous obligent pour certains) le port du masque, le respect des distances sociales ainsi qu’un lavage régulier des mains. Loin de moi l’idée de critiquer ces mesures (je laisse le soin à certains de mes collègues d’inonder les réseaux sociaux de leurs commentaires!).

On sait maintenant que le COVID-19 s’attaque à tout le monde, jeune ou moins jeune. On sait aussi que les personnes à risque de mortalité ne sont pas seulement les personnes de plus de 65 ans, mais toutes celles qui ont des soucis de santé dus à un surpoids (selon une étude, 90% de risque supplémentaire chez les personnes ayant un IMC supérieur à 40 et 45% de risque chez celles ayant un IMC supérieur à 35).

Lire la suite...

Du potassium pour maintenir l’équilibre acido-basique de l’organisme

L’éducation de la population en matière d’hygiène de vie est encore insuffisante dans nos pays. En effet, on a accès à une abondance de nourriture mais on remarque que nos besoins en nutriments ne sont pas encore toujours assurés. Pourtant ceux-ci sont importants car ils déterminent la capacité d’auto-guérison des cellules nécessaire à notre maintien en bonne santé, voire à notre guérison si nous souffrons d’une quelconque maladie.

Je ne suis de loin pas contre la prescription de médicaments allopathiques, mais je suis consciente de la limite de ceux-ci, surtout dans le cas de maladie chroniques telles que le diabète, l’arthrose, l’hypertension, l’ostéoporose, etc. Parfois un simple changement de mode de vie et d’hygiène alimentaire peut faire des miracles, là où la médecine traditionnelle bute…
Le potassium est un minéral indispensable à la vie de toute cellule. Avec le sodium, il assure l’équilibre acido-basique de l’organisme.

Lire la suite...