Les compléments alimentaires: atout ou menace pour le cancer ?

En 2008, 28000 compléments alimentaires différents ont été commercialisés en France. Près d’un adulte sur 5 en ont consommé au moins une fois dans l’année écoulée.
Il existe une multitude de compléments alimentaires différents. Sont- ils efficaces, ou au contraire dangereux pour la santé ? Lesquels choisir ?
Intéressons-nous à cette maladie qui nous fait à tous si peur: le cancer.

Je tiens d’abord à vous rappeler que les compléments alimentaires ne sont pas des médicaments et qu’ils ne les remplacent en aucun cas. Ils sont destinés à améliorer le bien-être des individus et donc éventuellement prévenir le cancer, mais en aucun cas le guérir. Certains compléments alimentaires peuvent néanmoins aider à mieux vivre certaines maladies telles que le cancer.

En soutien à la chimiothérapie
Fatigue, dépression, perte d’énergie et d’appétit sont des conséquences fréquentes de la chimiothérapie, de la radiothérapie ou des interventions chirurgicales. Dans ce cas, le ginseng, la gelée royale, le germe de blé, le camu-camu (30 fois plus riche en vitamine C que l’orange), le magnésium et le zinc sont indiqués pour donner un coup de fouet tant psychologique que physique à l’organisme de la personne malade.
Pour favoriser la repousse des cheveux, on peut prendre des compléments de Vit B6 et B1.

Le danger de la béta-caroténe
Contrairement à ce que beaucoup d’entre nous croient, tous les compléments alimentaires ne sont pas inoffensifs et certains peuvent même provoquer l’apparition de certains cancers.
C’est le cas de la béta-carotène, si chère à ceux qui veulent bronzer plus vite ! De sérieuses études ont démontré un lien entre la prise de bêta-carotène et l’augmentation de cas de cancers des poumons chez les hommes fumeurs ou anciens fumeurs (cf. Etude Beta Carotène et Retinol Efficacy Trial, menée dans les années 1990 aux USA). D’autres études plus récentes sont arrivées à la même conclusion: ce complément est nuisible et dangereux pour la santé chez ceux qui fument ou sont en contact avec la fumée du tabac, ou toute autre substance potentiellement cancérigène pour le poumon.
Le rétinol, autre dérivée de la vitamine A, obtient à peu près les mêmes résultats, donc à éviter aussi pour les populations à risque. 

Le vitamine E et le Fer
Certaines études ont démontré que les individus recevant de la vitamine E avaient beaucoup plus de cancers de la prostate que ceux qui n’en recevaient pas. Donc à éviter au moins chez les hommes.
Quant au fer, il est prouvé qu’il augmente de façon considérable (certaines études parlent d’un risque multiplié par 3) le cancer du côlon, et ce aussi bien chez l’homme que chez la femme.
Les personnes souffrant d’une carence en fer ne doivent bien sûr pas arrêter leur traitement. Je parle ici de se complémenter de façon presque automatique, sans avis médical.

Les compléments alimentaires efficaces pour prévenir le cancer
Tous les compléments ne sont heureusement pas dangereux pour la santé. Certains ont même d’étonnantes vertus en ce qui concerne la lutte contre le cancer :

Le sélénium
Il protège contre le cancer de la prostate. Une étude a rassemblé 974 hommes ayant eu un cancer de la peau (donc sujets à d’autres cancers). 17 cas de cancers de la prostate se sont déclarés dans le groupe supplémenté en sélénium et 35 dans celui non supplémenté. Le sélénium pourrait aussi avoir un impact sur le développement du cancer du côlon et du poumon. Ce complément alimentaire est donc vivement conseillé, surtout chez les hommes de plus de 50 ans !

Le calcium
Une supplémentation réduit de façon significative (de 20 à 50% selon les études), le risque de récidive de polypes dans les intestins.

Le curcuma
S’il n’y a qu’un nutriment à consommer, c’est celui-ci. Il a été démontré récemment qu’il est capable de détoxifier les substances cancérigènes, les rendant inoffensives, qu’il pouvait bloquer la prolifération de très nombreux types de cellules cancéreuses et stimuler le suicide des cellules cancéreuses. Il augment ainsi l’efficacité de nombreux médicaments de chimiothérapie. Lors de mon récent voyage sur l’Ile de La Réunion, une habitante centenaire me confiait avaler chaque matin une cuillère à café de curcuma dilué dans un peu d’huile. C' était peut-être ça le secret de sa longévité !

La génistéine
C’est un phytoeostrogène qui se trouve en grande quantité dans le soja. Il réduit les risques du cancer de la prostate, du sein et de l’endomètre. La génistéine pourrait également augmenter les effets de la radiothérapie en bloquant, comme le curcuma, la prolifération des cellules cancéreuses.

Autres
D’autres aliments ne sont pas à négliger lorsque l’on cherche à lutter contre le fléau cancer. Il s’agit des baies de Goji qui inhiberaient (pas encore d’études réalisées à leur sujet) la prolifération de cellules cancéreuses dans les cas de cancer du côlon, de l’estomac, du foie et du sein. Le vin rouge, riche en revératrol, un puissant antioxydant, aide également à lutter contre le cancer des ovaires, de la prostate, du foie, de l’utérus et du poumon. Donc aucune raison de s’en priver, si on le consomme avec modération bien sûr. Si vous êtes anti-alcool, rabattez-vous sur le jus de grenade, très efficace pour lutter contre différents cancers (prostate, peau, sein, poumon, côlon, bouche).

Vous connaissez maintenant de source sûre (car prouvés par des études scientifiques sérieuses) les effets ou dangers des différents complémentaires lorsque l’on parle de prévention de cancers. Vous ne regarderez dès à présent plus les nombreux flacons proposés dans les pharmacies et drogueries de la même façon !

A bientôt et… Find The Balance
Muriel

Source: le vrai régime anticancer, Prof D Khayat