Surpoids, dépression, anxiété, dépendance ? Le rôle-clef de la sérotonine !

Vous êtes irritable, agressif, vous avez des difficultés à supporter les contraintes, êtes dépendant (aliment sucré, café, sport intense, alcool, etc…), ou avez du mal à vous endormir ? Vous êtes sûrement en déficit de sérotonine !
Quatre neurotransmetteurs contrôlent l’échange d’informations entre les cellules. Il s’agit de la dopamine et l’acétycholine (sytème sympathique), le GABA et la sérotonine (système parasympathique).

La consommation d’antidépresseurs ne cesse d’augmenter depuis ces 20 dernières années. Parmi eux, les plus en vogue sont les IRS (inhibiteurs de la recapture de la sérotonine) dont la fonction est d’éviter la pénurie de cette substance essentielle à l’échange entre les cellules nerveuses.
La sérotonine est le neurotransmetteur qui contrôle la prise alimentaire, les pulsions, maintient la bonne humeur et diminue l’agressivité. Elle est nécessaire pour gérer le stress de la vie quotidienne et est donc souvent surconsommée et situation de stress chronique.

Sérotonine et dépression
Une étude universitaire canadienne a démontré une corrélation entre l’humeur et un faible taux de sérotonine, ainsi qu’entre un faible taux de tryptophane (précurseur de la sérotonine) et la dépression. Dans le cas de dépression, on prescrit donc des antidépresseurs IRS, tels que Prozac, Zoloft, etc… Ils économisent la sérotonine et sont très efficaces, mais les effets secondaires ne sont pas négligeables

Sérotonine et douleur
Chez les migraineux, les crises débutent souvent lorsque leur taux de sérotonine chute. Les scientifiques ont démontré qu’en augmentant leur niveau de sérotonine, on augmente le seuil de tolérance à la douleur et on rend ainsi les crises plus supportables. Ceci explique pourquoi certains médecins prescrivent des anti-dépresseurs dans le traitement de maladies chroniques. La sérotonine jouera certainement un rôle capital dans la recherche du traitement de la douleur ces prochaines années.

Sérotonine et surpoids
Plusieurs études conclues que l’augmentation du taux de sérotonine diminue la sensation de faim et donne l’agréable sentiment d’être rassasié. Ceci explique pourquoi, lorsque l’on est stressé (donc en déficit de sérotonine), on se rue sur des aliments sucrés, le café ou l’alcool.

Sérotonine et sommeil
Le sommeil et sa qualité dépendent fortement de la production de mélatonine. Cette hormone, qui règle les cycles de sommeil et de veille est produite à partir de la sérotonine. Ainsi, un déficit de ce neurotransmetteur rend le sommeil plus difficile et l’endormissement plus long.

Notre environnement est stressant et entraîne souvent un déficit en sérotonine. Que faire ? Prendre chaque jour une gélule de sérotonine ? Malheureusement elle serait détruite par les sucs gastriques et donc inefficace. Nous pouvons donc commencer par adopter une hygiène de vie qui maintient à niveau notre taux de sérotonine en évitant le stress chronique, en faisant attention à consommer assez de calories durant la journées sous forme de glucides (à index glycémique bas de préférence), en faisant régulièrement du sport, en s’accordant des moments de détente comme un massage, un bain de soleil (ou UV) ou un bain chaud.

Certains aliments contiennent naturellement de la sérotonine. Il s’agit des noix de pécan, des bananes, des kiwis, de l’ananas, et en moindre mesure de la bière, la choucroute et le chocolat.
Si vous avez des difficultés à vous endormir, supprimez les protéines dans votre repas du soir et accordez-vous 2 carrés de chocolat noir en dessert !
Si cela ne suffit pas, vous pouvez prendre du 5HTP, précuseur de la sérotonine. Les graines de Griffonia Simplicifolia contiennent à l’état naturel près de 10% de 5HTP.

Keep Zen and… find the Balance…
Muriel