Evitez les pièges des repas au restaurant

L’été se termine et la rentrée est déjà là ! On a tous profité de deux mois d’été (enfin, pour ceux qui n’étaient pas en Suisse car ici il faut bien l’avouer que l’on n’a pas vraiment eu l’impression d’être en été cette année ! Mais ça c’est une autre histoire… !) pour se laisser aller à moins de sport, plus de sorties… Bref, plus d’écarts ! Et, il faut bien l’avouer, on a tous aimé ce rythme de vie! Pourtant, si l’on veut atteindre (ou même simplement maintenir) nos objectifs de poids et de santé, il va falloir reprendre au plus vite nos bonnes habitudes alimentaires, mais sans se priver drastiquement.

Rappelez-vous que notre cerveau est toujours à la recherche du plaisir et que de se priver de ce sentiment engendre frustration, compensation et culpabilité puis retour à la frustration, etc. Afin d’éviter ce cercle vicieux, il est important de se faire plaisir de temps en temps, et un bon repas au restaurant, entre amis ou en famille, en est un bon moyen.
Pourtant, lorsque l’on mange au restaurant, on finit souvent par commander un plat nutritionnellement peu recommandable, et ceci même si ce n’était pas notre première intention. Pourquoi ? Parce que, comme je vais vous le démontrer, tout est fait pour nous inciter à faire le mauvais choix.

L’influence du groupe
Nos amis/famille influencent ce que nous commandons. Quand plusieurs personnes mangent ensemble au restaurant, elles ont tendance à sélectionner des plats dans la même catégorie de menus. Ceci est le résultat d’une enquête présentée au congrès annuel de l’Agricultural and Applied Economics Association à Washington.
Pour aller plus loin, Brenna Ellison, économiste à l’université de l’Illinois, a analysé 3 mois de commandes d’un restaurant. Lorsque l’on indique sur la carte le nombre de calories de chaque plat, les convives discutent entre eux et commandent globalement des plats moins caloriques. On remarque aussi que les clients étaient plus contents de faire des choix similaires à ceux des personnes assises autour d’eux. Ainsi, si la table avait tendance à dépenser plus d’argent en mangeant des plats riches, chaque membre de la table retirait de la satisfaction d’en faire autant. A contrario, une personne qui ne serait pas attirée par les salades peut être poussée par les autres convives à en commander une, et tirer une satisfaction de ce choix. La conclusion de Brenna Ellison: «les gens veulent être différents mais pas si différents. Nous voulons correspondre aux normes de ceux qui mangent avec nous»
En conclusion, si vous avez du mal à vous tourner vers de la nourriture saine, mangez avec des amis qui font attention à ce qu’ils mangent et qui sauront bien vous influencer. S’ils choisissent une salade vous ferez de même et ne commanderez probablement pas la pizza qui vous faisait pourtant tellement envie en regardant la carte du menu.

La mise en page de la carte et la description des plats
Ceci joue un rôle important dans le choix de la commande. Ainsi, les plats écrits en gras, soulignés ou encadrés attirent notre attention et sont plus souvent commandés. Malheureusement il s’agit principalement des plats les moins sains au menu. Les scientifiques constatent aussi que les plats décrits de manière alambiquée se vendent mieux car ils laissent supposer qu’ils ont meilleur goût. Par exemple, de «Délicieux haricots rouges accompagnés de riz Cajun» auront plus de succès que des «Haricots rouges et riz», de même qu’un «délicieux filet de poisson italien aux légumes du marché» se commandera plus qu’un «filet de poisson et légumes». Une étude montre que les commandes augmentent de 28% lorsque l’intitulé du plat est détaillé et que les clients sont même prêts à payer 12% de plus pour le même plat !
En conclusion, les restaurateurs pourraient utiliser les résultats de ces recherches pour diriger les clients vers les plats les plus sains, et qui sont aussi les plus chers. Mais une telle pratique reste rare encore. La solution reste encore de demander directement au serveur quel est le plat le plus léger.
Pour résumer, si vous voulez réussir «nutritionnellement» votre repas au restaurant: ne vous laissez pas influencer par la mise en page de la carte des menus, n’hésitez pas à demander au serveur quel est le plat le plus léger si vous avez un doute et entourez-vous d’amis qui eux aussi font attention à leur ligne !

Des «petits trucs» pour aller plus loin
Grâce à la théorie Zone Vital, il est possible d’encore mieux contrôler sa commande au restaurant. En effet, comme vous le savez maintenant, la balance Protéines-Glucides et Lipides de chaque prise alimentaire est importante pour contrôler votre insuline et ainsi votre poids. Au restaurant, il est impossible de savoir comment les aliments sont cuisinés. De plus on est là pour se faire plaisir, donc il est hors de question de commander un aliment sans saveur. Voici donc mes «petits trucs» pour profiter au mieux de ce moment de plaisir, sans frustration mais en restant plus ou moins dans la Zone :
N’y allez pas l’estomac vide. En effet, le réflexe de beaucoup de monde est de ne pas manger le repas d’avant, pour «économiser» des calories et diminuer leur culpabilité. Malheureusement cela ne marche pas comme ça. Notre corps «remet tout à zéro» toutes les 3-4 heures, et si vous arrivez au restaurant l’estomac vide, vous vous jetterez à coup sûr sur le pain ou les grissini (c’est votre cerveau reptilien qui commande en cas d’hypoglycémie).
Evitez le piège du jus d’orange à l’apéro. Trop glucidique, il ferait monter votre glycémie trop rapidement. Préférez de l’eau ou même un verre de champagne !
Optez pour des crudités en entrée. Ceci est le meilleur choix car la charge glycémique de ce genre de plat est faible. Demandez si possible d’assaisonner votre salade vous-même avec de l’huile d’olive et du vinaigre.
Pour le plat principal: une viande ou un poisson et des légumes. Si possible, demandez un supplément de légumes et diminuez la quantité de féculents. J’ai l’habitude de dire à mes clients de choisir entre un (ou deux) verres de vin rouge ou le dessert !
Pour le dessert: une salade de fruits frais est l’idéal ou, si vous avez été raisonnable sur l’entrée et le plat, faites-vous plaisir et choisissez une palette de sorbets ou un gratin de fruits.
Terminez avec un thé ou un café, mais évitez les mignardises.

Vous l’aurez compris, tout est question de balance et de compromis et l’on peut très bien manger au restaurant sans compromettre son équilibre alimentaire.

Evidemment, si vous avez été raisonnable les jours d’avant et que cette sortie au restaurant entre dans vos «écarts», faites-vous plaisir et choisissez ce que vous voulez sur la carte sans culpabiliser !

Bon appétit… et find the Balance !
Muriel